Michel Cullin

universitaire et haut fonctionnaire français

Michel Cullin, né le à Antony[1] et mort le à Vienne[2], est un universitaire (germaniste et politiste) et haut fonctionnaire français, chef du département des relations franco-autrichiennes à l'Académie diplomatique de Vienne[3].

Michel Cullin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Vienne
Nom de naissance
Michel Cyrille Henri CullinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Sorbonne
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Eugène Susini (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Après des études en sciences politiques et lettres allemandes (1962-1965) à Paris, Michel Cullin devient assistant de français au Theresianum à Vienne (1966-1967). De 1967 à 1969, il est lecteur de français à l'université de Vienne.

Après avoir travaillé au Geschwister-Scholl-Institut (de) de l'université Ludwig Maximilian de Munich (1969-1971), il devient maître-assistant d'allemand puis de civilisation autrichienne (1971-1980) puis maître de conférences de civilisation autrichienne (1980-1982) à l'université d'Orléans, obtenant un doctorat en études allemandes contemporaines en 1977. Parallèlement, il travaille comme consultant pour l'Office franco-allemand pour la jeunesse et les CEMEA et comme correspondant de la radio publique autrichienne ÖRF.

Il est directeur de l'Institut français de Vienne de 1982 à 1986. Il est ensuite jusqu'en 1991 professeur associé à l'Université de Vienne, invité dans les universités de Heidelberg, Leipzig et Iéna et correspondant de plusieurs organes de presse.

Il est de 1991 à 1995 attaché de coopération universitaire à l'Ambassade de France en Allemagne[4], avant de prendre un poste à l'Université de Nice, qu'il quitte de 1999 à 2003 pour exercer les fonctions de secrétaire général adjoint de l'Office franco-allemand pour la jeunesse.

À partir de 2008, il représente la France au conseil international du Service autrichien à l'étranger avec Beate Klarsfeld et soutient en particulier le travail de jeunes Autrichiens du service autrichien de la Mémoire dans divers mémoriaux, musées et centres juifs à travers le monde. Il dirige le Centre de recherche Félix-Kreissler.

Michel Cullin meurt le à Vienne (Autriche)[5].

PublicationsModifier

  • Der Weg zum österreichischen Staatsvertrag, Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui (ACAA), 1966
  • L’Autriche contemporaine (en collaboration avec Felix Kreissler). Paris 1972, Armand Colin, 1972
  • Les Théories de la nation autrichienne entre 1934 et 1938, Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui (ACAA), 1977
  • Éducation civique et formation politique dans les échanges franco-allemands (en collaboration avec Hans Nicklas), OFAJ, Paris/Bad Honnef 1980
  • Ein Gallier in Danubien: Erfahrungen eines Zwangsarbeiters unter dem NS-Regime (Préface au livre de Robert Quintilla), 2006 (ISBN 978-3-901749-52-0)
  • Douce France? Musik-Exil in Frankreich / Musiciens en Exil en France 1933-1945 (en collaboration avec Primavera Driessen-Gruber). Vienne/Böhlau, 2008 (ISBN 978-3-205-77773-1)
  • articles dans divers journaux et revues (notamment Der Standard, La Croix, Allemagne d'aujourd'hui, Austrica, Libération), notamment :
    • « L'Action culturelle française en Autriche après 1945 », Austrica, n° spécial - relations franco-autrichiennes (1870-1970), Centre dʹétudes et de recherches autrichiennes de l'université de Rouen,
    • « Die französischen Sozialisten und die DDR », 1999
    • « Résistance: la double mémoire », 2000
    • « Le devoir de mémoire et de réconciliation », 2004[6]
    • « L'Autriche met son nouveau président à l'épreuve »
    • « Échanges entre jeunes et citoyenneté européenne »
    • « L'Autriche à droite toute ? »

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier