René Coicou

René Coicou, né en 1935 en Haïti[Quand ?] et mort le [1] à Ottawa, est le dernier maire de la défunte ville de Gagnon et ainsi le premier maire noir du Québec.

René Coicou
Fonctions
Maire de Gagnon
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau d'Haïti Haïti
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Ottawa
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Profession Mécanicien de machinerie lourde

BiographieModifier

JeunesseModifier

En 1957 à l'âge de 22 ans, René Coicou quitte Haïti, alors gouverné par la dictature de François Duvalier (Papa Doc), pour s'établir à Montréal. Il survit en jouant de la guitare dans le restaurant Le Perchoir d'Haïti où il rencontre sa première épouse Claire Gravel. Par la suite il entreprend des études en mécanique de machinerie lourde qui lui permettront par la suite d'être embauché par la Québec Cartier Mining, alors basé dans la ville minière de Gagnon sur la Côte-Nord du Québec, en 1962[2].

Carrière politiqueModifier

S'intégrant aisément au sein de la communauté minière, dont la population était composés de personnes de partout à travers le Québec comme des Abitibiens, des Saguenéens et des Madelinots, et avec les conseils de ses amis, Coicou se porte candidat à la mairie de Gagnon en 1973. Devenu alors le premier maire d'origine noire au Québec, il sera réélu lors des trois élections successives[2].

Dès 1980, la situation précaire de la mine de fer sur laquelle l'ensemble de l'économie de la ville reposait occupa tout son temps à la mairie. Malgré les interventions répétées auprès du gouvernement provincial, c'est lui qui en 1984, sera chargé d'annoncer aux 2 000 résidents que la ville serait officiellement fermée et rasée le [2].

Notes et référencesModifier

  1. Marie Kirouac-Poirier, « Les anciens de Gagnon en deuil du maire René Coicou », sur Radio-Canada, (consulté le )
  2. a b et c Annabelle Blais, journal de Montréal, « L’improbable destin du premier maire noir du Québec », sur journaldemontreal.com (consulté en )